30 mars 2021

NOUVELLES DU PALAIS : TOUTES LES PAPILLES SONT EGALES !

Ce n’est pas qu’il n’existe pas de femmes qui n’aiment pas l’amertume, qui n’aiment pas la bière ou qui ne boivent que de la blanche quand elles sont obligées d’en consommer. Chacun et chacune ses goûts. Mais la réalité a plus de reliefs que le stéréotype si plan qu’on nous sort parfois de la femme qui n’aime que les boissons douces. De par notre métier, nous rencontrons beaucoup de femmes, qu’elles soient brasseuses, sommelières ou consommatrices, qui adorent la bière. Cinq Suissesses qui l’affectionnent particulièrement nous expliquent ici le comment et le pourquoi de leurs goûts bien divers.

Léa Fluckiger (27 ans), étudiante en dernière année de Master d’archéologie, se décrit comme « basique » dans ses goûts de bière (elle aime les blanches et les blondes, n’aime pas beaucoup l’amertume et préfère les styles belges), tandis que Fabienne Lini (44 ans), coach dans la formation, aime tous les styles de bière sauf la blanche et les sour [acidulées]. A la brasserie, on lui sert souvent un verre de stout.

Fabienne Lini

Camille Jéquier

Camille Jéquier (35 ans), directrice conservatrice, n’aime pas tellement la blanche. C’est les IPA et les stouts qu’elle préfère, car « plus c’est amer, mieux c’est ».

Alexane Baume (24 ans) et Claire Taillefert (25 ans), toutes les deux entre deux formations, pincent pour l’IPA, mais également pour la pale ale, la NEIPA et, dans le cas de Claire, la blanche.

Par curiosité, nous avons demandé à ces amatrices de bière de nommer d’autres boissons alcoolisées auxquelles elles tiennent. La liste contient le Moscow mule (Alexane), le Caipiroska (Claire), le cidre doux (Léa), le whiskey (Camille) et le champagne (Fabienne).

En revanche, il y a l’unanimité dans leur préférence pour la bière artisanale par-dessus la bière industrielle.

Alexane : « Tu n’ouvres pas une [bière d’origine néerlandaise de style lager] et te dis « qu’est-ce que ça sent bon ! »

Camille : « Avec les bières artisanales, on retrouve une variété de goûts d’une brasserie à l’autre. Il y a une recherche des goûts, contrairement aux bières industrielles, où le goût doit être le plus neutre possible. »

Fabienne : « La bière artisanale est souvent saisonnière, avec des goûts différents tout au long de l’année. Elle change avec les saisons. »

Claire Taillefert (à gauche) & Alexane Baume

Nous l’avons bien compris, elles n’aiment ni l’uniformité, ni l’insipidité. Mais qu’en pensent-elles des bières « spéciales femmes »?

Léa s’insurge contre une certaine publicité de l’un de nos supermarchés les plus connus qui met en scène « la grillade avec les males alphas d’un côté et les nanas avec leurs brochettes de légume de l’autre ». Les femmes boivent forcément des bières roses et douces au goût de fruits exotiques. « C’est une connerie sans nom, » dit Léa.

Camille demande, « Pourquoi les femmes n’aimeraient pas les vraies bières avec de l’amertume ? » Pour elle, il s’agit d’un coup de marketing du même genre que les rasoirs roses pour les femmes.

Fabienne se souvient d’en avoir bu avant d’avoir le choix de la bière artisanale. Elle trouve dommage que le goût est celui de fruits exotiques. On touche à son engagement pour le localisme : elle exige le circuit court et cherche à soutenir l’économie locale.

Ces cinq femmes ne consomment pas la bière de la même façon. Claire explique qu’elle en boit « partout, chez [elle], au bar, au bord du lac, au resto » et Alexane précise « une meilleure question, c’est où est-ce qu’on ne boit pas de bière !»

Léa Flückiger

 Léa savoure la bière à l’apéro et l’associe plutôt aux sorties.

C’est entre copines que Camille aime prendre un verre de bière, surtout en sortant du travail, mais également chez elle. Au restaurant, elle commande souvent du vin avec son repas, mais elle a habité longtemps en Italie, où on commande de la bière avec sa pizza. Un accord parfait, selon elle.

Pour Claire, la bière est l’amie du burger frites, tandis que pour Fabienne « tout peux se marier avec la bière, selon le style qu’on boit ». Elle l’accorde même au dessert.

Alexane et Claire ne font pas que boire de la bière, elles en ont brassé.

Alexane explique : « On a fait deux brassins. La première avait très bonne odeur, mais pas de goût. Pour la deuxième, il y a eu un bug. Elle a tourné. »

Elles veulent recommencer à brasser, mais le matériel leur a été prêté et elles ont dû le rendre entretemps. Elles cherchent un nouvel équipement.

« Si l’un des lecteurs de l’article est un généreux donateur de casserole, on prend, » lance Claire.

Et c’est là que notre article arrive gentiment à sa conclusion. Nous avons voulu dire que le stéréotype réduit la complexité et la multiplicité d’une réalité à une image simpliste qui devient restrictive, car en la propageant on la rend prescriptive, mais le dire explicitement n’est pas nécessaire. Ces femmes qui décrivent tout simplement leurs façons de consommer la bière l’ont bien démontré. Nous les remercions d’avoir accepté de nous en parler et nous laissons le mot de la fin si poétique à Fabienne :

« Il faut sortir des clichés que la bière, ce n’est pas pour les femmes… La bière nourrit le corps et l’âme. »

 

Nous vous recommandons :

L’article de Julie Rambal paru le 2 août 2019 dans Le Temps
La vidéo rigolote du 7 février de la chaîne Une bière et Jivay

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *